Imprimer

Au café de la gare

(Berlin/Klinguer/ADF-Musique)

AU CAFÉ D’LA GARE ON COMMANDE UN CAFÉ
ON OUBLIE DE LE BOIRE, ON DIT QU’ON EST PRESSÉ.
ON CHERCHE DEUX EUROS EN R’GARDANT SON BILLET,
ON POSE QUELQUES EUROS ET ON FILE SUR LE QUAI.

1.
Au café d’la gare en face de la voie C
On déploie des mouchoirs et des sourires forcés.
On pose des bagages, des sacoches, des lapins,
On commence un voyage et on en termine un.
La ronde des serveurs n’est pas due au hasard,
Tout est réglé sur l’heure de l’horloge de la gare.

2.
Au café d’la gare on voit tout plein de gens,
Des muets, des bavards, des chiens et des enfants.
Des couples qui s’enlacent, des couples qui s’engueulent,
Des "je t’aime" à voix basse, des "me laisse pas tout seul !"
Des tracas des broutilles qu’on veut laisser au bar,
Et toujours les aiguilles de l’horloge de la gare !

Pont
Un quart d’heure de correspondance,
De l’avance, un train en retard,
Le tout début d’une romance,
Des au revoir et des histoires,
Tout finit et tout recommence.

3.
Des miettes de croissant, des larmes dans le café,
Des sourires en passant, des "tu vas me manquer".
Des coups d’fil en vitesse pour dire "que tout va bien"
"Il faut que je te laisse", "j’veux pas rater mon train".
La ronde des serveurs n’est pas due au hasard,
Tout est réglé sur l’heure de l’horloge de la gare !